La polyphonie des sens I

Tags:

polyphonie1
Présenté au Manoir Boucher de Niverville, dans le cadre du projet de recherche Entendre le temps, entre mesures et soupirs, l’orée d’un battement, Trois-Rivières.


Le silence tient en lui toute la résonance qu’il précède.
Beethoven

La présence du corps dans la musicalité trouvera écho à travers le métissage de différents médiums tels que : la sculpture, le dessin, l’estampe numérique et la vidéo d’art. De plus, la matière sonore a été sculptée avec la même portée que la matière visuelle pour créer un univers immersif, encré et suspensif. L’ensemble propose des architectures de sons qui prétendent échapper aux codes des traditions musicales en proposant à notre psyché un flux d’images mentales.

Une invitation à pénétrer dans un espace en profusion jaillissant de polyphonies auditives et de nuances visuelles, entre structure et incarnation, entre intime et sacré, entre mesures et soupirs : un silence. Fondée sur le rituel et le rythme organique, une installation à l’envers du motif, l’air qui soutient les lignes et révèle la beauté du squelette d’un instrument aux harmoniques multiples…


Conception et réalisation vidéo : Luc Boissonneault & Isabelle Clermont
Montage sonore : Martin Corriveau
Instrumentation, voix et bruitage : Isabelle Clermont
Photographies : Sébastien Cossette, Karine Dahan-Provost


Partenaires :

Conférence régionale des élus

Conférence régionale des élus

Conseil des arts et des lettres du Québec

Conseil des arts et des lettres du Québec

Ville de Trois-Rivières

Ville de Trois-Rivières